Tournoi territorial moins de 13 ans Hauteville

Retour aux actus 23 juin 2013

Bonjour à tous,

Voici le dernier compte rendu de nos pérégrinations en terre Hautevilienne-Lompnesoise (oui j’ai le droit!). NOUS AVONS GAGNE.

Quoi ? Des matchs et pas des moindre en premier lieu puis des coups de soleil dans un second temps… Il faut le souligner (c’est le point mets-tes-hauts) il y avait un soleil radieux et une petite brise pour ne pas dire du vent masquait les effets d’un soleil mordant dont certaines parties de notre corps ne s’y était exposé depuis longtemps (je n’en dirai pas plus, sauf si…).

Mais revenons à ce tournoi territorial. Ce jour là l’équipage le plus bancal était bien la doublette d’éducateur que nous sommes Philippe et moi, l’un prenant la ligne des 22 pour la ligne d’en but lors d’une phase d’arbitrage (ça fait désordre mais c’est passé…), l’autre dans un état proche de l’eau-ail-eau (voir la chanson pour les plus jeunes, sinon vos vieux parents vous expliqueront, si si va falloir, c’est ça aussi l’éducation) bref, disait Pépin, j’avais la tête ail-heure (faut suivre).

Quatre matchs de qualification le matin, trois de classement l’après midi. Avez-vous compris où développe-je ?

Le tournoi départemental ayant servi de leçon (bravo pour le suivi des devoirs) le premier match est gagné par nos valeureux joueurs. Vous n’en saurez pas plus car, je n’étais pas là puisque j’étais ail-heure. Mais le match est gagné c’est sur, Philippe avait le sourire et tout et tout, quelle entame de tournoi, on ne pouvait mieux rêver.

Tout le monde attend avec impatience le deuxième match, chacun entretenait secrètement l’espoir d’une finale sur le terrain d’honneur, voir au stade de France, les supporters étaient aux anges (à défaut d’être aussi ail-heure) ET PATATRA. Un jeu confus, le manque d’organisation sur le terrain, une apathie inquiétante et il faut le dire un arbitrage des plus fantaisiste, si si on peut le dire (mais à qui la faute ? -voir plus haut) et le match est perdu, nettement, sèchement. Ail, ail, ail se dit-on ! Allez, on re-mobilise la troupe, on corrige les petites erreurs, tout le monde est près même les supporters sont plein gaz (ndlr :o ù plein de gaz (ce qui est quand même plus gênant)  d’après Jacques Capelovici dit Maître Capello ). Ce match est déjà décisif pour la qualification car je vous le rappelle il s’agit de matchs de qualification le matin. Le coup de pied d’envoi est donné, les deux équipes se livrent sans compter, la tension est palpable (disait le médecin qui n’avait rien compris à ses études puisque chacun sait qu’il s’agit de l’intensité bien sur) et sur une action anode-in c’est la catode-strophe. Gaël se blesse. C’est le drame, un lourd silence s’abat sur le stade… Pour ne pas interrompre la partie nous tirons Gaël par les cheveux en dehors des limites du terrain (du coup il n’a plus mal à la cheville, il a mal ail-heure). Enfin, la partie peut reprendre. Mais, le mal est fait (ne pas confondre avec une autre histoire dans laquelle le mal est fils), l’infâme adversaire nous sentant vulnérable s’emploie de plus belle. Nous nous inclinons non sans avoir vaillamment combattu et il faut le dire contre un arbitrage des plus fantaisiste si si on peut le dire (mais à qui la faute ? -voir plus haut). Quelle injustice !

Encore un match qui pourrait ressembler à la retraite de Russie, la Bérezina (en russe : Березина) mais il fait beau rappelez-vous …

Que nenni ! Le quatrième match, grâce à des ressources insoupçonnées, est gagné et haut les mains sans hold-up. Fantastique, vermeilleux (pour les plus anciens). Et c’est dans cette euphorie que nous allons déjeuner sur l’herbe avec Edouard (un petit nouveau plein d’avenir). Nous en profitons pour saluer nos amis d’Andrézieux avec qui nous avons voyagé. Un p’tit coup par-ci, un coup par là et voilà le classement des matchs de qualification le matin, seuls les deux premiers de chaque poule sont brassés en niveau supérieur. Résultat : 3ème à un point du second (là je soupçonne une conspiration…) trop dommage.

Nous voilà embarqués dans une poule dite basse (puisque c’est dans les basse cour que l’on trouve des poules) dans laquelle nous allons retrouver l’équipe d’Oyonnax notamment. Si vous avez suivi (attention à l’interrogation surprise) Quatre match sont à disputer. Nous avons l’honneur d’entamer la série, le match est enlevé, le groupe fait preuve de sérieux et d’un très bon état d’esprit, l’organisation sur le terrain est excellente, le résultat ne se fait point attendre MATCH GAGNE, cool.

Malgré la chaleur, l’ensemble de l’équipe semble en pleine possession de ces moyens, d’autant que Gaël est omniprésent et nous encourage (le médecin consulté plus haut évoque une possible amputation…). L’équipe semble autant jouer pour lui que pour elle, cool. Le deuxième match est quelque peu particulier puisqu’il nous oppose à nos voisins de Monistrol-Unieux. Le match est âpre, mais la Case contrôle mieux le jeu et l’adversaire se plie à la loi du plus fort (chouette réplique non!). Le troisième match est une formalité douanière d’avant Schengen, vous avez vos papiers… Non !… Ici on ne passe pas. C’est le cas de figure de ce début d’après midi, si je ne m’abuse (disait un autre docteur, vous me suivez ?) pas un essai encaissé !

Il nous reste à conclure la journée en beauté, à affronter un adversaire de toujours et toujours redouté Oyonnax. Certes il s’agit de l’équipe 2, mais leurs arguments sont convaincants, eux aussi ont gagné tout leurs matchs de l’après-midi et eux aussi ont de bons joueurs (notamment le petit 10…). Le coup d’envoi est donné et tout de suite le combat est présent (vive la leçon de Feurs) aucune équipe ne prends l’avantage jusqu’à l’essai du CASE, ouaa cool. On sent que l’adversaire s’emploie dans tous les secteurs du jeu pour nous mettre à défaut, en pénétration avec les  »gros » en débordement avec les  »rapides ». Rien y fait, jusqu’à ce jeu de renversement, le petit 10 (et oui) part seul vers l’en-but il va marquer et alors, et alors… Zorro est arrivé oh eh… quel retour et quel placage d’Octave, ENFIN. Cela nous permet de préserver notre en-but et la marque au score. Le match est gagné. Quelle joie de tous, je pense que nous étions les plus heureux du stade et que nous le sommes encore, les spectateurs sont en extase (oui un peu quand même) les joueurs ne quittent plus le terrain, les éducateurs sont heureux et… je dirai presque que l’amour est dans le pré (enfin j’me comprends). Que du bonheur avec cependant une petite pointe de regret sur cette troisième place du matin.

Il ne reste plus qu’à rentrer chez nous des étoiles pleins la tête… Nous n’avons pas cessé de penser à Samir et aux autres ce dimanche (en nous disant mais qu’est-ce qu’ils ont raté… ce n’est que partie remise).

Encore un énorme merci aux supporters et supportrices pour l’ambiance apportée autour de l’équipe et autour du terrain.

Et un énorme merci à Nabil  »le bon », Eddy  »la planche », Vincent, Antoine, Gaël, Gillian, Max  »la menace », Blaise, Thomas, Arthur et aussi au deux ripagériens Alexis et Quentin qui nous ont prêté mains fortes tout au long de cette journée et qui n’ont pas démérité.

Merci à tous et en route pour de nouvelles aventures.

Les moins de 13 ans à Hauteville